Aller au contenu

Isolement et solitude : les conséquences sur nos aînés

Aristote en était convaincu : l’Homme est un animal social. Le maintien des liens sociaux et du contact est extrêmement important pour l’être humain, quelque soit la catégorie d’âge. Toutefois, une partie du corps médical s’accorde à dire que l’isolement et la solitude ont des conséquences bien plus marquées chez nos aînés. 

mains de personnes âgées et jeunes qui se tiennent

L’isolement et solitude dégradent la santé des séniors

L’Université de Chicago a révélé par une étude que la mortalité prématurée augmenterait de 14% chez les personnes âgées isolées. En effet, le manque de contacts et de relations sociales impacte directement la santé mentale et physique. 

Dérèglement du sommeil voire insomnies, apparition de troubles anxieux, dépression, hypertension, affaiblissement du système immunitaire, dégradation de la mémoire… les problèmes de santé causés par l’isolement sont multiples et varient en fonction de chacun. 

Cause et conséquences sont encore difficiles à relier pour établir un diagnostic. On sait pourtant que le manque de relations humaines endommage notre cerveau. Ce dernier est moins stimulé quand nous avons peu de conversations et d’échanges donc moins de réflexion. Le Rapport sur l’isolement social des aînés (2013-2014) indique que “En plus d’augmenter de 60 % le risque de démence ainsi que de régression cognitive, il est associé à des niveaux supérieurs de dépression et de suicide”

Le recours aux médicaments est plus fréquent avec la solitude

La médecine peine encore aujourd’hui à identifier l’isolement comme étant la source des problèmes de santé évoqués plus tôt. Le recours aux médicaments est donc beaucoup plus fréquent chez les personnes se sentant seules. Un quart d’entre elles ont pris des somnifères en 2021, un quart également ont pris des anxiolytiques et 22% se sont tournées vers les antidépresseurs. En bref, la prise de substances potentiellement addictives est bien plus courante lorsqu’il y a un sentiment de solitude. Les français qui ne se sentent pas seuls ont été entre 11% et 12% seulement à prendre les médicaments cités précédemment.

Il faut prévenir l’isolement de nos aînés avant qu’il n'apparaisse

Au moment du passage à la retraite, de nombreuses personnes s’engagent en tant que bénévoles dans des associations. Cela leur permet notamment de continuer à se sentir utiles à la société. En donnant de leur temps pour des causes, ils créent aussi de nouveaux liens et maintiennent une stimulation cognitive. La satisfaction engendrée améliore leur bien-être et les protège du renfermement sur soi. 

Selon Francebenvolat.org “Le bénévolat est donc un moyen de lutter contre l’isolement des personnes âgées.” Il doit intervenir dans la stratégie globale du bien vieillir. 

L’apprentissage est également un très bon moyen de prévenir l’isolement. En effet, participer à des formations permet de s’ouvrir aux autres et augmente le sentiment de satisfaction global. L’association aucoursdesages.fr propose par exemple des cours aux personnes âgées sur l’utilisation des technologies informatiques et d’internet. Un très bon moyen pour améliorer la communication intergénérationnelle…

Enfin, la pratique d’une activité sportive est essentielle. Elle contribue au bien-être global et permet de conserver une bonne condition physique à long terme. Marche, yoga, aquagym, danses de salon… Chacun peut trouver le sport le plus adapté à ses envies et à ses besoins.